Accueilsujets récentsSujets Récents Dernières imagesS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Somewhere to Belong [DIS;2023]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Minos
Administrateur
Administrateur
Minos

Masculin Nombre de messages : 7430
Age : 49
Date d'inscription : 28/01/2008

Somewhere to Belong [DIS;2023] Empty
MessageSujet: Somewhere to Belong [DIS;2023]   Somewhere to Belong [DIS;2023] Icon_minipostJeu 01 Fév 2024, 13:56

Somewhere to Belong [DIS;2023] DISsomewhere

En mai dernier est sorti un roman DIS, Somewhere to Belong. Voici une traduction d’un article de Trekmovie en dressant un compte-rendu :


"Il a raison, docteur." Lorsque Culber les a regardés, [Adira] a redressé leur posture. "Je ne la connais pas depuis aussi longtemps ni aussi bien qu'aucun d'entre vous, mais j'ai connu plus que quelques capitaines de Starfleet." Ils haussèrent les épaules. "Eh bien, Tal l'a fait, mais vous comprenez ce que je veux dire. Tous n’étaient pas de grands leaders, mais ceux qui l’étaient ? Ils avaient tous la même volonté de réussir, d’affronter l’adversité et de la vaincre. Ils devenaient très obstinés et protecteurs lorsque leurs équipages étaient concernés. Rien ne les empêcherait d’assurer la sécurité de leur peuple. Pas de règles, pas de lois, pas d’être en infériorité numérique ou en armes. Rien. Ce sont ceux que nous lisons dans les livres d’histoire. Le capitaine Burnham est l'un de ces dirigeants. Si cela peut être fait, elle le fera.

À la fin de la saison 2 de DIS, l'équipage du Discovery a fait sauter son vaisseau neuf cents ans dans le futur pour empêcher l'IA clandestine malveillante connue sous le nom de Control de s'emparer des « données de la sphère » dans les ordinateurs du vaisseau. Ce faisant, l’équipage a volontairement et définitivement laissé derrière lui tous ceux qu’il avait connus. Comment cela se passe ? Et à quel point doit-il être difficile de recommencer une vie à partir de zéro ? Ce serait comme si un équipage entier entrait en même temps dans le programme de protection des témoins. C’est la question à laquelle l’auteur Dayton Ward tente de répondre dans son nouveau roman lié à DIS, Somewhere to Belong, et pour y répondre, il s’appuie sur l’héritage d’une figure importante du passé de DIS.

Situé entre les saisons 3 et 4 de DIS, Somewhere to Belong suit l'équipage de l'USS Discovery alors qu'il interrompt une mission importante, à cause de l’appel de détresse urgent d'un cargo en péril. Alors qu'ils apportent leur aide, le capitaine Burnham et son équipage se retrouvent entraînés dans une situation aux enjeux élevés de troubles sociétaux, de protestations et de complots gouvernementaux. Ce qui leur brise le cœur, c'est que tout cela implique une race extraterrestre que les fans de DIS connaissent et aiment, une race qui a connu des moments difficiles depuis que le Discovery a quitté le 23e siècle et a beaucoup souffert dans « The Burn ». En essayant d'être un courtier honnête et neutre, Burnham découvre que peu importe à quel point elle essaie de rester neutre, la présence même du Discovery exacerbe les lignes de fracture qui se sont développées dans la culture depuis des siècles. C’est un bourbier diplomatique dans la meilleure tradition des épisodes de Star Trek, de « A Taste of Armageddon » à « Sarek » en passant par « The Vulcan Hello ».

Le docteur Arbusala, un thérapeute dénobulien chargé d'évaluer ce dont l'équipage du Discovery a besoin afin de construire plus facilement ses liens émotionnels avec le 32e siècle, fait partie du voyage. Sa présence représente un défi émotionnel pour le Dr Hugh Culber, qui est le conseiller ad hoc du navire. Grâce à ses conversations avec l'équipage, nous avons un aperçu des sacrifices impliqués par le volontariat pour le saut dans le temps, ainsi que de la manière dont l'équipage a fait face à ses pertes.

Certains des points forts du livre incluent les événements de la « soirée cinéma » du navire qui clôturent l'histoire, les conversations très réelles et émouvantes entre Culber et Stamets, et le portrait libertin et parfait de Jett Reno.

« Qu'allez-vous faire, Commandeur ? a demandé Bryce…
Ses yeux fixés sur la pile de jetons comme si elle effectuait des calculs dans sa tête, Reno a répondu : « Ralentissez. Quelle est votre urgence ? »
Bryce sourit. « … Commandeur, le pont a appelé. Nous venons de passer neuf cents ans supplémentaires à vous attendre. »

Il y a un peu un fil conducteur d'action qui sous-tend les deux derniers tiers du livre avec une horloge à retardement et de réels dangers pour l'équipage du Discovery, mais la majeure partie du matériel est constituée d'allers-retours diplomatiques et de conversations riches en émotions entre Arbusala et l'équipage. Cela rend le livre assez bavard, et il porte ses sentiments sur sa manche, comme il sied à un roman lié à Discovery. Si vous êtes fan de la série et de l’approche émotionnellement ouverte de ses personnages, ça marche. Ward est un écrivain talentueux et capture parfaitement les voix des personnages de DIS. Le livre fait un excellent travail en répondant à de nombreuses questions auxquelles la série n’a pas pu prendre le temps de répondre, sur la transition de l’équipage entre les millénaires. Le livre aborde également de front une critique du personnage de Michael Burnham par les fans, offrant ce que je pensais être une excellente explication de sa propension à être la personne qui sauve tout le monde à tout moment.

Au bout du compte ? Somewhere to Belong est une plongée fascinante dans les personnages de DIS : leurs motivations, leurs chagrins et leur courage. Son intrigue diplomatique et émotionnelle change agréablement de l’action continue présente dans la série elle-même. Il partage de nombreux points forts de la série, mais ces points forts ne plaisent pas également à tous les fans. Les fans de la série adoreront le roman. Les critiques de la série auront les mêmes critiques du roman. Je l'ai aimé.

En passant, après avoir critiqué la couverture d'aspect générique du dernier roman lié à Trek, j'ai été ravi de voir la créativité de celui-ci. Somewhere to Belong présente une fantastique couverture peinte, avec des formes plates, presque découpées, définissant les portraits de Burnham, Tilly, Culber et Stamets, ainsi que du Discovery lui-même.


article originel

_________________
Faire les choses sérieusement, sans se prendre au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
http://zulio.org/minoskardanos/
 

Somewhere to Belong [DIS;2023]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bulletin 395 – Février 2023 (bis)
» Ze Next Convention 2023
» Supernova [PRO;2023]
» Bulletin 397 – Avril 2023
» 2023.... 2024

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'UNIVERS ÉTENDU :: Les romans-