AccueilGenesis IFAQS'enregistrerquizzConnexion
Bienvenue à "Nostera en 1000 mots" vous trouverez ses fanfics ici : Nostera en 1000 mots , ou encore dans son widget dans la colone de droite Bienvenue à "Markosamo" et son projet de roman graphique. Vous trouverez les infos ici : Les Anciens Astronautes
Bienvenue à "Msatler" vous trouverez ses fanfics ici : Msatler La trilogie de Msatler

Partagez | 
 

 Star Trek - Apophis - chapitre 15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zefram
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Masculin Nombre de messages : 110
Age : 45
Date d'inscription : 02/08/2012

12102013
MessageStar Trek - Apophis - chapitre 15

Bonjour,
le 13 avril 2036 approche.
Washington DC 14 juillet 2035

John Donovan s'est brusquement rappelé qu'il était marié et que son épouse est même la présidente des Etats-Unis d'Amérique. Le New York Times avait même titré : " Pendant que Monsieur Donovan va sur la Lune, que fait Madame?" C'est un coup de chance car la nouvelle commence à circuler sur le net et s'il ne se dépêche pas de rentrer, il risque fort bien de se faire lyncher.

Aujourd'hui, le journal a sa réponse, Madame essuie les plâtres de Monsieur. Elle est une nouvelle fois en conférence holographique avec ses coreligionnaires pour parler une enième fois d'Apophis. Si inititalement, il menaçait de s'écraser sur Schenyang, provoquant une explosion équivalente à 500 mégatonnes de TNT, ce qui aurait eu pour conséquence un hiver nucléaire modéré; le 13 avril 2036, il devrait impacter le par national de Yellowstone.

Or, avant d'être une zone touristique, Yellostone est une caldeira, un supervolcan dont la chambre magmatique est alimenté par ce qu'on appelle un point chaud. Tous les vulcanologues savent qu'un jour, la caldeira de Yellostone explosera sous la pression de la chambre magmatique; par contre, ils sont bien incapable de prédire l'intensité de l'éruption qui peut varier de extrêmement forte à une puissance inouïe.

Voici le scénario qui a été présenté à Katleen Donovan : Apophis impacte la caldeira de Yellowstone, l'onde de choc fragilise la calotte de dix kilomètres d'épaisseur qui recouvre la chambre magmatique du supervolcan. Sous la pression, la caldeira explose et recouvre le territoire américain de cendres volcaniques, sans parler des dégâts locaux, c'est à dire situé dans un rayon de 2000 kilomètres. L'hiver nucléaire modéré résultant de l'impact d'Apophis, serait noyé dans l'hiver volcanique qui résulterait de l'explosion de la caldeira; au point que les scientifiques s'interrogent pour savoir si ce n'est pas un événement de ce genre qui aurait poussé les premiers hominidés à quitter leur arbres pour trouver de la nourriture ailleurs, leur faisant ainsi acquérir la marche.

D'un scénario catastrophique on est passé à un cataclysme qui menace la survie de l'espèce humaine. C'est un appel à l'aide désespéré que Katleen Donovan lance à la communauté internationale. Même Deng Lô Ping aurait mille fois préféré que les canons à impulsion nucléaire aient raté leur cible et qu'Apophis eut pu continuer tranquillement sa course vers Schenyang. Mais, Sergeï kosonov semble sourd aux arguments de Katleen et pour cause, Yellowstone est à une pichenette nucléaire de l'Océan Pacifique.

-" Madame Donovan, j'entends votre désaroi, mais vous savez tout comme moi à quel point il serait trop dangereux de tenter une nouvelle interception de cet astéroïde du fait de la proximité du point d'impact avec l'Océan Pacifique".

Une carte animée s'affiche sur l'écran principal de la salle holographique.

-"Admettons qu'Apophis heurte le plancher océanique à disons un point situé à 1000 mètres de profondeur, ce qui est un scénario optimiste. Que se passera t'il? Une série de vagues se propagera à vitesse supersonique à partir du point d'impact, provoquant un tsunami qui atteindra les côtes avec une hauteur comprise entre 100 et 200 mètres par endroit. Les terres bordant l'océan seront submergées sur plusiseurs dizaines de kilomètres, des îles entières seront englouties. En quelques heures des dizaines de millions de personnes seront tuées et dans les jours qui suivront des centaines de millions d'autres périront à leur tour. Les conséquences sur la vie marine de l'Océan pacifique d'un tel impact sont incalculables mais une extinction massive de vie est à prévoir, ce qui pourrait hypothéquer notre survie si le phytoplancton venait à disparaître."
-" Croyez vous donc Monsieur Kosonov, que l'humanité s'en sortira mieux avec un hiver volcanique qui peut durer plusieurs décennies et une ère galcière de quelques siècles?" Demande Katleen avec ironie. " Souvenez vous de vos déclarations de 2029 quand vous refusiez que l'on dévie Apophis de peur qu'il ne tombe en Sibérie, ce qu'il va arriver, c'est ce que vous prévoyiez alors, mais en dix fois pire."

Sergeï accuse le coup mais ne se démonte pas. Il rétorque.

-" Oui, mais entre temps nous nous sommes préparé à cette éventualité pendant quatre ans. Nous avons tous procédé à des programmes de préservations des espèces, développées des banques génétques, crée des biopshères artificielles et des espaces protégés. Grâce au Japon, notre survie alimentaire est assurée pour des dizaines d'années tout en permettant enfin aux océans et mers de la planète de se rediversifier de nouveau. Notre système économique est peut être détruit, mais nous parviendrons à survivre, il nous suffit de prendre des décisions courageuses pour limiter la natalité, comme l'a fait la République Populaire de Chine en son temps. Des solutions existent."

Katleen est abattue dans un dernier espoir elle se tourne vers Deng Lô Ping qui dit.

-" Madame la Présidente, je sais que sur le papier, la Chine n'est pas votre alliée. Vous me coirrez sans peine si je vous affirme que je suis la seule personne qui soit capable de comprendre ce que vous ressentez aujourd'hui et soyez certaine que je vous dit la vérité en vous affirmant, au vus des conséquences, que je ne suis pas plus soulagé qu'hier de savoir qu'Apophis ne tombera pas sur notre patrie, mais la vôtre. Malheureusement, c'est le coeur lourd que je suis obligé de vous dire que je ne peux que souscrire à l'avis de Monsieur Kosonov."

Sur le coup, Katleen regarde son homologue chinois avec des regards de haine, mais au fond d'elle, elle sait que Sergeï et Deng parlent avec sagesse, lentement, elle commence à se faire une raison. Youssouf Sakaré prend la parole.

-" Il est évidemment impensable d'abandonner le peuple américain à son sort. Nous établirons un plan d'action qui visera à assurer sa protection et son avenir et nous mobiliserons les ressources nécessaires our cela." Lui assure le secrétaire général des nations unies.

Katleen demande un instant d'interrompre quelques minutes la liaison holographique pour reprendre ses esprits. Pendant une demi-heure, elle reste seule dans le noir et le silence à réfléchir. Puis, elle rétablit la liaison et dit :

-" Je vous écoutes."

Pékin, 14 juillet 2035

Après la conférence holographique, Deng Lô Ping explique la situation à ses invités. Bertrand Petit et Zefram Cochrane n'en croient pas leur oreilles. Plus que Petit, Zefram pense de suite à sa famille se trouvant dans le Montana car le Wyoming, c'est l'état d'à coté. Puis on avertit Deng que la présidente des Etats Unis d'Amérique s'apprête à s'adresser à la nation américaine dans une paire d'heures. Quand elle se présente, dans la salle de conférence, Youssouf Sakaré se tient à ses cotés. D'une voix tremblante, les yeux rivés sur son proompteur, elle déclare :

" Mes chers concitoyens.
Je dois vous annoncer la plus terrible des nouvelles. Le 13 avril 2036, l'astéroïde Apophis s'écrasera sur le Parc National de Yellowstone. La puissance de l'impact risque de provoquer une éruption majeure du supervolcan. Au dégâts catatstrophiques provoqué par la chute d'Apophis s'ajouteront ceux cataclysmiques de l'explosion de la caldeira de Yellowstone.

Malheureusement, toute action que nous pourrions entreprendre pour intercepter cet astéroïde ou le faire dévier de sa trajectoire pourrait empirer la situation et rendre invivable notre planète ; si Apophis venait à tomber dans l'Océan Pacifique. Si l'éruption tant redoutée de la caldeira se produit, il est prévisible qu'une nuée ardente s'abatte sur la majeure partie des Etats-Unis d'Amérique, recouvrant notre beau pays d'un manteau de cendres de plusieurs mètres d'épaisseur.

En conséquence et en prévision de cette catastrophe, le gouvernement des Etats Unis d'Amérique et moi même établirons un plan d'action pour assurer la survie de notre nation qui sera appliqué à l'issue du vote par le Congrès. Ce plan prévoiera une évacuation de la population des états à l'Ouest des Apalaches qui devrait former une barrière naturelle au nuage de cendres et épargner les états de la Côte Est. Cependant , au gré de l'incertitude, nous devons anticiper une évacuation totale du territoire Américain, à l'exception des états de Hawaï et de l'Alaska. Le gouvernement australien s'est immédiatement proposé pour héberger sur son territoire, et via les Nations Unies, la Russie, la Chine le Japon, la Fédération Européenne, l'Inde et le Brésil nous apporteront une assistance technique et logistique. Je remercie tous ces pays, le secrétaire des Nations Unies et tout particulièrement le gouvernement et le peuple australien pour leur soutien dans cette épreuve.

Je connais la force de la volonté du peuple des Etats Unis d'Amérique, nous relèverons ce défi la tête haute et surmonterons les obstacles qui se dressront devans nous et nous vaincrons, la nation américaine survivra à Apophis, à Yellowstone; et le temps venu: nous rebaptirons notre pays.

Que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse l'Amérique."


Ne pouvant se contenir plus longtemps, Katleen Donovan s'esquive laissant la parole à Youssouf Sakaré et le soin de répondre aux nombreuses questions des journalistes encore abassourdi par la nouvelle. Katleen part s'isoler dans le bureau ovale et commence à pleurer à chaude larmes.

A Pékin, Deng Lô Ping a scrupté dans les moindres détails les expressions du visages de Katleen Donovan pendant son discours. Il fait venir Bertrand Petit et Zefram Cochrane et Chang dans son bureau, et, après un instant de réflexion, décroche le téléphone rouge et appuie sur la touche lui donnant un accès direct à celui de la Maison Blanche.

-" Madame la Présidente? Ici le président Deng Lö Ping"
-" Que désirez vous Deng?" Demande Katleen d'une voix lasse.
-" Je voudrais tout d'abord savoir si vous êtes seule dans votre bureau et si nous pouvons parler librement sans que la conversation soit enregistrée?"
-" C'est le cas, je vous écoutes."
-"Bien!" Dit Deng." Il s'avère que j'ai fait développer un système alternatif au canon à impulsion ionique dans le but de détruire cet astéroïde. Ce système étant finalisé et théoriquement fonctionnel, mais ne me servant plus à grand chose à présent, je suis tout à fait disposé à vous en faire bénéficier."

A ces mots, Katleen manque de s'évanouir sous le coup de l'émotion.

-"Etes vous sérieux?" Demande Katleen qui n'arrive pas à y croire. "Qu'avez vous mis au point?"
-"Très sérieux. Mais il vaut mieux pour les détails technique que je vous passe quelqu'un de plus apte que moi à vous exposer ce genre de chose." Dit Deng en tendant le téléphone à Petit.
-" Bonjour Madame la Présidente. Ici Bertrand Petit à l'appareil."
-" Monsieur Petit?" s'écrie Katleen de surprise." J"espèrais que vous soyez toujours vivant, mais j'avoue que je commençais à croire que je vous avais définitivement perdu. Vous dites que vous avez une solution à nous proposer."
-" Oui, il s'agit d'une batterie de six missiles fonctionnant un peu comme les obus à impulsion nucléaire. Leur rôle est de fragiliser l'astéroïde et de préparer le terrain à une grosse bombe qui dispersera les débrits dans l'espace. J'avais prévu de construire une sonde pour les Chinois qui aurait délivré les armes, mais l'aérodyne est tout à fait adapté à effectuer ce type de mission"
-" L'aéro quoi?" Demande Katleen.
-" Euh...Le slidecraft.On l'a conçu pour expédier des sondes sur une trajectoire directe vers leur planète de destination."

Pour économiser du carburant, les sondes ont toujours besoin d'assistance gravitationnelle afin d'accélérer et atteindre les planètes les plus éloignées. Elles font donc plusieurs aller-retour entre la Terre et le Soleil avant d'atteindre leur destination finale. Avec le slidecraft les Amércains se préparaient à faire un bond considérable dans l'exploration du Système Solaire, car le slidecraft peut mettre des satellites en orbite, certes, mais surtout, il peut accélérer à la vitesse requise pour lancer la sonde et lui éviter de faire des boucles dans le système solaire pendant plusieurs années.

Deng reprend le téléhpone des mains de Petit et dit :

-" Justement à propos de la grosse bombe: L'opération doit rester secrète jusqu'au bout. A partir d'aujourd'hui, la Russie va ceertainement observer la moindre parcelle des Etats-Unis et de la Chine au microscope et vu l'opinion de Sergeï Kosonov, il est impératif qu'il ne sache pas ce que nous entreprenons. Je vous demande donc une discrétion absolue."
-" Vous pourrez compter sur moi, Deng."
-" A la bonne heure Katleen, je vous propose de ne communiquer que via cette ligne."
-" Très bien, je vous remercie Deng. J'attends vos propositions pour le transfert de votre programme."
-"A bientôt Katleen." dit Deng.
-"Au revoir et merci."

En raccrochant, le premier geste de Katleen Donovan consiste à appeler son médecin pour l'aider à se remettre sur pieds, puis, elle s'accorde le reste de la journée pour prier et rassembler ses idées. Les prochains mois vont être particulièrement intenses.

Schenyang, 1er septembre 2035

Dans la base de Schenyang, Petit prépare son retour sur le territoire américain. Très souvent, il se rend incognito à l'ambassade américaine à Pékin afin de préparer le terrain au mieux pour adapter le slidecraft au lancement des flèches Sakharov et de la bombe à dispersion, la Tzar Bomba recouverte d'une coque fragmentée comme la grenade ananas. Les six prochains mois, il les passera dans la fameuse Zone 51.

Dans le plus grand secret, Katleen Donovan a chargé le général Jeffrey Kirvin de constituer une équipe de recherche qui sera mise à disposition de Bertrand Petit et d'organiser le transfert du système d'interception d'Apophis dans la base. Il traversera le Pacifique à bord d'un sous-marin nucléaire spécialement conçu pour acheminer discrètement des unités commando ou du matériel sensible aux points les plus chauds de la planètes en toute discrétion, accessibles par la mer évidemment.

Chang et les Améliorés ont été chargés du démantèlement de la base de recherche. La ville fantôme de Schenyang renaît avec le retour progressif de sa population. Mais, tout y est à reconstruire car les usines européennes et américaines ont toutes été démontées pour être transférées à Blagoveshchenk et sa région. Le retour de la population s'effectue donc progressivement, mais malgré tout, une certaine effervescence est perceptible dans les rues.


Les missiles ont été embarqués dans des camionettes banalisées, la Tzar Bomba voyage elle dans un camion benne pour rejoindre le port de Nankin, où l'ensemble a été chargé à bord du sous-marin américain. Bertrand Petit piaffe d'impatience en attendant la voiture qui le ramènera sur un territoire américain, de son coté Zefram fait la tête.

En effet, le jeune homme espérait pouvoir retarder encore de quelques semaines l'instant ou il devrait se séparer de Xiane, mais cette dernière a insisté pour qu'il parte en compagnie de Bertrand Petit arguant que ce dernier aurait besoin de lui pendant les trois semaines que dureront la traversée. C'est donc le coeur gross, quand l'heure du départ sonne, qu'il fait ses adieux à Xiane.

-"Au revoir Zefram." Dit elle en l'embrassant tendrement sur la joue;
-"Au revoir Xiane."répond Zefram en réprimant un sanglot.

La voiture démarre et tandis qu'elle défile le long des rues de Schenyang de plus en plus encombrées, Zefram regarde silencieusement le paysage défiler. mais il n'est guère sensible à ses charmes, ses pensée étant ailleur, plus au Nord. Zefram ne retrouve l'usage de la parole qu'une fois embarqué à bord du sous-marin. Pendant le trajet du retour, Cochrane et Petit se concentre sur le travail qui les attend en Zone 51. L'équipage, réduit au maximum, est habitué à ne pas parler de leur mission, même entre eux; ils sont payés pour cela et ceux qui enfreignent cette règle sacré se retrouvent rapidement mutés sans préavis au cimetière. Depuis le Laplace, Bertrand Petit est connu comme le loup blanc; les marins ne peuvent s'empêcher d'échanger des regards complices et oublient, le temps de la traversée, le danger qui pèse maintenant sur les Etats-Unis d'Amérique et par delà le Monde, Il savent que s'ils ont le professeur Petit à leur bord, cela doit avoir obligatoirement rapport avec Apophis.

Princeton, le 3 septembre 2035
Gil Gamesh effectue sa dernière rentrée universitaire, mais, l'amphitéatre est quasiment vide. Non pas parce que les études sont devenues hors de prix, car l'économie mondiale s'étant effondrée, le ticket d'entrée des universités américaines est gratuit; mais, les conséquences de la Charte du Congrès commencent à se faire sentir.

Katleen Donovan a fait voter la conscription générale. Chaque Américain s'est vu affecté à une compagnie civile sur le modèle de l'armée. L'objectif de cet enrégimentation forcée de la population est de faciliter l'évacuation des villes amércaines tout en conservant une cohérence territoriale et ne pas séparer les familles. Le Wyoming et les états voisins sont en cours d'évacuation; tous les moyens de transport sont mobilisés pour emmener la population vers les ports de la Côte Ouest ou le Canada qui devrait vraisembablement être épargné par les retombées volcaniques au gré des éruptions précédentes du supervolcan de Yellowstone. Les déplacés croisent sur leur chemin des convois entiers d'engins de chantier variés. Avec le développement de la fusion nucléaire, le recyclage est devenu une affaire rentable et les Américains ont modernisé et réactivé des hauts fournaux. L'explosion de la caldeira de Yellowstone risque d'engloutir une bonne partie du territoire des USA, les Américains ont entrepris de recycler tout ce qui peu l'être afin de se constituer des stocks de matière première qui leur seront bien utiles par la suite.


La côte Est des USA est encore épargnée et doit gérer un afflux massif de réfugiés venant de l'Ouest des Apalaches. Dans les ports Amércains, les bâtiments publics ont été réquisitionnés pour être transformés en aire d'attente avant le départ par voie aérienne ou par mer à destination de l'Australie. Les seuls citoyens américains qui ont pu échapper à la conscription sont ceux qui peuvent être accueillis à l'étranger.

A l'université de Princeton, les étudiants de second cycle se sont vu proposé d'être incorporé dans la brigade formée par le personnel de l'université. Au programme, cours et service civil. Les parents de Gil Gamesh sont repartis pour l'Inde, Gil a fait le choix de rester et d'intégrer la brigade universitaire. Il va, en plus de ses cours, participer à l'archivage des données expérimentales; un travail long et fastidieux, mais non moins nécessaire de préservation de la connaissance car faute de moyens beaucoup de travaux de recherches ont été laissés à l'abandon, l'idée est de pouvoir les reprendre là où on les avait laissé lorsque la conjoncture le permettra.

-"Gill?"
-" Salut Tang, que fais-tu là?"
-"Je viens décrocher mon Master." Répond Tang.

Gil est surpris, il ne s'attendait pas à revoir le Chinois. Les autres Asiatiques du groupe sont tous repartis dans leur pays d'origine. Déjà , l'année dernière, Tang avait du obtenir une dérogation pour poursuivre ses cours à cause du fait qu'il soit le fils de l'ambassadeur de Chine et de l'état de guerre toujours en vigueur des USA contre la République Populaire de Chine. Quelque part, bien que Gil apprécie moyennement le Chinois, tant d'un point de vue personnel que contextuel, cela lui fait plaisir d'avoir un ancien du groupe de Petit à ses cotés et il ne peut s'empêcher de l'admirer quand il apprend que Tang est allé jusqu'à se faire enrôler pour terminer son second cycle universitaire à Princeton qui est beaucoup moins bien coté qu'avant.

-"Nous n'allons pas être très nombreux." Soupire Tang.
-" Je ne te le fais pas dire." Lui dit Gil en contemplant les rangées clairsemées de l'amphithéatre. "As tu réussi à savoir ce qu'il était advenu de Xiane et Cochrane?"

Suite à la disparition de Zefram et de Xiane, Gil s'était tourné vers Tang, qui pouvait avoir plus de possibilité que lui, puisque Tang est le fils de l'ambassadeur de Chine aux USA, pour tenter de retrouver son copain. Mais, comme la guerre entre la Chine et les Etats-Unis a éclaté deux jours après, les marges de manoeuvre des services spécialisés chinois ont été réduites.

-"Tu sais, ce serait étonnant que Zefram eut pu forcer Xiane à le suivre. Si tu veux mon avis, ils ont décidé à deux de s'enfuir de peur d'être séparés."
-"Que veux tu dire?" demande Gil.
-"Ne le prends pas mal, mais cela faisait déjà un bail que ton meilleur ami se tapait 'ta copine' mais comme tous les cocus, tu es le dernier à t'en rendre compte. Tu étais tellement omnubilé par cette fille que tu n'as rien vu venir."

Gil grince des dents quand il entend Tang sous-entendre qu'il a des cornes; un brin agressif, il lui demande:

-" Tu sais quelque chose oui ou non?"
-" Je sais qu'ils ne sont pas retourné au Montana, Cochrane est porté disparu."
-" Il n'est pas retourné voir sa famille?"
-" Même pas."
-"Je connais Zefram, il ne se serait jamais envolé sans dire au revoir à ses parents. On a du les enlever." Dit Gil Gamesh soudaienement inquiet pour la vie de son ami.
-" Peut être, peut être pas." Dit Tang. " Je vais poursuivre les recherches et je te tiendrai au courant. Mais que les choses soient claires entre nous." Ajoute t"il en faisant une pause.
-" Je t'écoute."
-" Je suis le fils de l'ambassadeur de Chine. Je pourrais être amené à découvrir des choses que je ne pourrais pourrais peut être pas te raconter. Tu es OK avec ça?"
-"OK!"
-"Super." Dit Tang.

Satisfait de leur échange Tang et Gil se concentrent sur le discours de l'intervenant de l'amphithéâtre qui leur explique comment va se dérouler leur année universitaire qui risque d'être écourtée pour cause de chute de pierres.

Zone 51 , 13 octobre 2035

Zefram Cochrane et Bertrand Petit on profité de leur temps de croisère subaquatique, pour revoir quelques détails sur les missiles Sakharov. Devant être lancés à partir d'un engin piloté alors qu'il était initialement prévu de les expédier à partir d'une sonde, ils devaient revoir leur protocole. Si le missile devait être tiré d'une position plus éloignée de l'astéroïde, cela leur offrait l'opportunité d'installer un système de guidage plus sûr de façon à ce que lors du tir, la point de la flèche soit bien pointée vers Apophis.

Bertrand Petit connait bien la maison, la fameuse Zone 51 du Nevada. Il place Zefram Cochrane sous la protection de Jeffrey Kirvin, car dans la base, il n'y a pas que des geeks avec les cheveux en pétard, il y a surtout plein de militaires en uniforme, dont certains ont des doctorats de physique. Bertrand redoute néanmoins que Zefram ne soit pas bien accepté dans l'équipe, car il n'a jamais lui-même vraiment réussi à se faire à l'ambiance militaire de la Zone 51. Pourtant, ce sera avec les militaires que Zefram s'entendra le mieux Il faut dire que depuis un an, il baigne dans l'ambiance martiale imposé par les Améliorés qui ne sont pas très rigolos non plus, si on fait exception de Xiane bien évidemment.

-"Suivez moi." dit Kirvin à Cochrane en lançant un regard appuyé à Bertrand qui sourit en retrour.

Le groupe se dirige jusqu'à un poste de garde qui barre laccès à un ascenseur. Après avoir badgé, l'ascenseur s'ouvre et les trois hommes y entre. L'ascenseur descend rapidement jusqu'à un grand hangar enterré sous plusieurs dizaines de mètres et s'ouvre sur une plateforme surplombant le hangar dans lequel repose le slidecraft. L'appareil est sensiblement plus grand que les navettes américaines qui l'ont précédés puisque sa longueur est identique à celle de la fusée principale qui les lançaient. Estétiquement le slidecraft est plus effilé, les arrêtes sont plus déssinées il ressemble beaucoup au X-43 Aurora bien qu'il soit un peu plus épais et qu'il dispose d'ailerons plus larges proportionellement que le scramjet américain.

La moitié avant du slidecraft démarre par un nez tres effilé pour ioniser l'air, la surface de l'engin étant intégralement recouverte de plaques MHD pour faire glisser l'air ionisé contre la coque. La section suivante est celle du poste de pilotage et des quartiers de l'équipage, restreints au strict minimum car les missions du slidecraft ne sont pas calibrées pour excéder 72 heures. Derrière les quartiers, on trouve la soute, assez vaste pour embarquer un vaisseau de la taille d'Apollo.

Le seconde moitié est entièrement consacrée à la motorisation du slidecraft. Il y a tout d'abord les moteurs hypersoniques ventraux et on devine que l"appareil dispose en outre de deux propulseurs dorsaux qui sont des propulseurs de guidage vectoriels. Des stablisiateurs de vols sont répartis en divers endroit du vaisseau et font aussi office de propulseurs de manoeuvre pour des évolutions fines dans l'espace. Mais le slidecraft dispose en plus d'un propulseur ionique à impulsion nucléaire qui lui confère la possibilité d'accélérérer dans l'espace pendant une durée importante. Ce propulseur est lors des phases atmosphériques protégé par un capot rétractable.

Pour faire décoller la bête, le slidecraft est amarré à un drone de transfert qui ressemble énormément à la partie arrière des skylons. Le drone est consitué d'un groupe de quatre réacteurs centraux et aux extrémités de l'aile delta, se trouvent les deux boosters à propergol solide.

-" Pourquoi n'avoir jamais sorti cet engin?" Demande Zefram.
-" C'était prévu." Répond Jeffrey," En guise de vol inaugural, on voulair programmer une mission habitée pour la planète Mars. Mais c'était sans compter Apophis. Professeur votre Falcon vous attend."
-"Oui." Répond Petit." Je dois alller à Washington, la présidente m'attend."


Washington DC, 13 octobre 2035
Sitôt les présentations faites, Bertrand Petit est conduit secrètement à la Maison Blanche où l'accueille Katleen.

-" Monsieur Petit, il n'y a pas de mots assez forts pour vous exprimer ma reconnaissance. J'ai lu votre note rédigée à mon attention, votre missile Sakharov est non seulement ingénieux mais surtout il m'a redonné espoir en notre avenir."
-" Le président Deng Lô Ping y a été pour beaucoup dans sa réalisation et je dois vous dire qu'il n'a pas hésité une seconde pour vous livrer les flèches Sakharov et la bombe à dispersion."
-" Je suis touchée par ce geste comme je le suis également du vôtre car il me semble que vous vous êtes porté volontaire pour partir en Chine lorsque Apophis les menaçaient."
-" Euh, c'est exact." Hésite Petit. " Mais je n'étais plus d'une grande utilité ici."
-" C'est bien vrai." Dit Katleen en souriant." En d'autres temps, ce geste désintéressé vous aurait valu le peloton d'exécution, mais aujourd'hui nous allons faire exception."
-" C'est bien aimable de votre part." Répond Petit gêné.

Elle l'invite pour une visite guidé privée de la Maison Blanche. Une des étapes imposées, et la plus célèbre après le bureau ovale est la suite Lincoln. Ce qui suit est un peu hors programme car profitant d'un instant d'inatention de Petit, la présidente des USA referme la porte de la suite et retire le veston de son tailleur.

-" Monsieur Petit, ne pouvant vous remercier officiellement pour ce que vous faites, vous voudrez bien accepter l'expression de ma gratitude personnelle."

Bertrand Petit n'a que le temps de se rendre compte qu'il va passer à la casserolle que Katleen Donovan est dans ses bras et colle ses lèvres aux siennes.

Zone 51, le 15 octobre 2035

De retour dans le Nevada, le général Kirvin expose le plan d'action pour les quelques mois à venir avant la date fatidique du 13 avril 2036.

-" Medames Messieurs, nous n'allons pas chômer. L'objectif est de boucler le programme au premier février afin de commencer la phase d'entraînement en simulation. Vous devrez donc réfléchir vite, réfléchir bien et vous assurer qu'aucune défaillance technique ne viendra perturber le cours de la mission. Nous n'aurons pas de seconde chance!".
-" Oui Mon Général! Répondent le personnel présent en coeur."

Trois équipes vont a présent travailler indépendamment les unes des autres pendant la première phase. Le général Kirvin dirigera la première qui aura la lourde tâche de préparer le slidecraft à sa mission d'interception de l'astéroïde. La seconde équipe est celle de Bertrand Petit qui va effectuer les modification sur les missiles Sakharov et concevoir le dispositif de lancement qui doit tenir dans la soute du slidecraft.

Zefram Cochrane a été intégré à l'équipe du colonel Thomas Whisler qui comprend l'ensemble des pilotes de l'engin, l'équipe de contrôle au sol à laquelle Zefram est associée et les programmateur du simulateur. Leur objectif est de préparer au mieux l'équipage du slidecraft à l'exécution de leur mission.

La Terre, un astéroïde qui fonce dessus, un vaisseau qui part l'intercepter et qui une fois arrivé à la distance voulue, lui tire dessus des missiles, c'est à priori facile sur le papier. Mais dans les faits, cela se complique rapidement.

Tout d'abord il faut considérer l'accélération gravitationnelle qui va amener Apophis à passer de 5 à 12 kilomètres par seconde en bout de course: Yellowstone. Ensuite, le slidecraft va devoir comparer l'écho de ses propres radars avec ceux du satellite européen, le Sentinelle, qui va se positionner sur la trajectoire de l'astéroïde pour le suivre. Hors, pour ce faire, le Sentinelle ne sera plus en orbite et entammera une chute libre qui s'arrêtera au moment où Apophis le rattrapera; mais, entre temps, son altitude aura diminué de plusieurs kilomètres.

Il faudra donc apporter une correction pour tenir compte du temps de propagation et du délai de traitement des signaux vu que les informations nécessaires proviendront de plusieurs sources différentes. Ce qui ne pose pas de soucis habituellement pour une sonde spatiale devient un casse-tête quand il s'agit d'intercepter un astéroïde comme Apophis et que le sort du Monde en dépend.

Chine, Novembre 2035

Au passage la porte d'entrée du goulag, Chang prend un forte inspiration pour gouter l'air et s'en imprégner. Les gens ont tendance à faire se genre de choses en sortant de prison, pas en y entrant. Mais présentement, la situation est différente car Chang Noonien Singh revient chez lui. Jamais il n'avait été contraint de s'absenter aussi longtemps auparavant.

Mais, le jeu en vallait la chandelle puisque jusqu'ici, si la base des améliorés était toujours gardée par un régiment des gardes du Parti, ceux-ci ne protégeait dorénavant plus que les accès aux installations sensibles et avait déserté les rues de la ville-qui-n'existe-pas; laissant pour ainsi dire les gens libres de vaquer à leurs occupations.

Il est attendu par Khan et Kia qui emmènent Chang dans le secteur d'entraînement de la base des Améliorés. Ici aussi les choses ont énormément changé en son absence. A même la montagne, une caserne à été construite pour en faire un fort naturel. Dans la cours, Kia a réuni tous les survivants de la bataille de Zelenogorsk et ils sont entourés sur deux eux rangées par deux unités de chars de combat, six uintés de blindés d'infanterie mobile, et derrière le bataillon, deux unités d'hélicoptères de combat et une unité d'artillerie mobile et son véhicule de commandement tactique.

Pendant que Chang découvre ce matériel, ces hommes l'applaudissent.

-"Pour le Colonel!" hurle Kia
-"SHA! SHA! SHA!".
-"Pour le Colonel!"
-"SHA! SHA! SHA!".

Pour le colonel Chang, c'est Noël car un régiment d'Améliorés vont être officiellement intégrés au brigades des Epées du Sud-est. Un régiment, cela représente cinq bataillons. Xhang avait déjà une vague idée du genre d'unités qui allait constituer son régiment. Le matériel est régulièrement livré à la base et ils sont modifiés par les Améliorés à leur sauce. Si Chang larmoye sur ses blindés, c'est surtout parce qu'ils représentent la reconnaissance officielle de l'existence des Améliorés.

Zone 51, 25 décembre 2035

Le slidecraft est fin prêt pour recevoir Apophis, les équipes de la Zone 51 n'avaient pas ménagé leur efforts pour aboutir à ce résultat. A partir de ce jour, jusqu'au jour J, un protocole de maintenance sera appliqué pour que tout soit opérationnel le 13 avril 2036. Le général Kirvin a choisi le jour de Noël pour baptiser le slidecraft: son nom officiel est le USS Aérodyne.

Zefram était content pour Bertrand Petit car il sait à quel point le professeur considère le slidecraft comme sa plus belle création et le fait que le commandant choisissent ce nom, Aérodyne, bien qu'impronomçable pour les Américains sans risquer une crampe à la mâchoire ne peut que l'émouvoir.

De son coté, Cochrane s'était bien adapté à l'équipe de Thomas Whisler. Il était même parvenu à imposer ses idées, la prise en compte de la relativité. Il avait du surmonter l'hositilité des chercheurs civils de l'équipe qui voulant simplifier au maximum les calculs, tenaient à négliger la théorie d'Einstein, arguant que les vitesses en jeu étaient bien trop inférieures à la vitesse de la lumière et le champ de gravitation bien trop faible pour que les effets relativistes soient perceptibles. De son coté, Cochrane a insisté sur le fait que n'égliger la relativité allait en ajouter à l'imprécision du tir; que la physique se moquait bien des problèmes scolaires des chercheurs et que chaque microseconde comptait. Thomas Whisler et les chercheurs militaires ne pouvaient qu'adhérer à la position de Zefram Cochrane.

Cependant Whisler était bien embêté car in fine, seul Cochrane avait des bases solides en relativité, les autres chercheurs sont spécialisés en physique nucléaire et quantique car ce sont ces domaines qui intéressaient l'armée américaine pour concevoir le slidecraft. Il a donc chargé Cochrane de refaire les calculs de son coté, calculs qui ont été comparés avec ceux du reste de l'équipe et que Bertrand Petit a personnellement vérifé. Whisler fut donc à même de concevoir dans les temps une console de tir a même de tirer les missiles avec une incertitude minimale.

-" Avant de boire le champagne, nous avons une annonce importante à vous faire, nous avons finalisé le plan d'attaque contre Apophis. Quand Apophis ne sera plus qu'à 500 000 kilomètres de la Terre, le Sentinelle prendra position pour garder une position fixe sur la trajectoire de l'astéroïde, à 50 000 km d'altitude comme prévu initialement pour déterminer la position précise du lieu de l'impact. Il nous fournira aussi celle d'Apophis dès que celui-ci sera à 300 000 kilomètres de lui, soit la distance parcourue par la lumière en une seconde. De là , grâce à notre réseau de défense satellite, auquels vont s'ajouter les radars de l'éropine...du slidecraft," corrige Jeffrey en voyant Petit rougir comme une pivoine,"nous pourrons croiser et comparer les données pour fournir aux missiles Sakharov une trajectoire d'interception réglée au mètre."

Des panneaux coulissent derrière lui et s'illuminent, apparait alors un fond holographique montrant une simulation de l'opération.

-" Lorsque l'opération débutera, nous serons à H -17h30 de l'impact, mais il nous restera 15h50 pour agir; pour nous l'instant zero sera l'instant où Apophis percutera le Sentinelle. Le slidecraft décollera sitôt le Sentinelle en place. Trois heures plus tard, le slidecraft sera en position à la même altitude que le Sentinelle et mettra en route sa propulsion nucléaire. Il s'approchera d'Apophis avec une vitesse relative de 20 km/s, on sera à H -9h pour procéder au premier tir , tirs qui auront lieu à une distance comprise entre 20 000 et 22 000 kilomètres de l'astéroïde. ce qui fait un créneau de 100 secondes pour procéder au tir. Le missile Sakharov va s'approcher avec la même vitesse relative afin de laisser le temps au slidecraft de se retourner, et feiner. À 3000 kilomètres de l'astéroïde, le missile mettra à feu ses propulseurs et foncera vers Apophis à une vitesse de 100 km/s. Lorsqu'il explosera, le slidecratf sera à environ 10 000 km de l'astéroïde. Ensuite, l'équipage devra procéder à une série de cinq allers-retours, qu'on va appeler sinusoïdes, pour tirer les cinq autres missiles. Avec une accélération de 2G, il est prévu que chaque sinusoïde dure 70 minutes. Si tout se déroule bien, à H -3h30, l'équipage pourra procéder au tir de la Star-bomba," dit Jeffrey avec un sourire," Cette opération durera 115 minutes. La Star-bomba doit exploser à H -1h à 66 000 kilomètres de la Terre et dispersera Apophis aux quatre vents solaires."

Le général Kirvin attend un instant pour reprendre son souffle et regarder la réaction du personnel de la base rassemblé devant lui. Devant leur impassibilité, il reprend :

-" Quite a devoir gâcher votre joie, sachez que l'équipage du slidecraft n'a que deux heures d'indécision ce qui représente deux tentatives d'approche avortées pour effectuer la procédure. Passé ce délai, il faudra improviser pour regagner du temps parce que lorsque le slidecraft procèdera au lancement de la bombe à dispersion, il ne sera plus qu'à une distance comprise entre 14 000 et 19 000 kilomètres du Sentinelle. Si l'équipage accumule deux heures de retard, alors le slidecraft ne se trouvera plus entre Apophis et le Sentinelle pour procéder aux tirs, mais entre le Sentinelle et la Terre. Ceci aurait comme conséquence que la trajectoire de la bombe sera coubée par le champ de gravitation terrestre."

Cette fois-ci Kirvin obtient une réaction des hommes et femmes devant lui. Visiblement, la nouvelle les ébranle. Jeffrey Kirvin s'apprête à annoncer aussi les listes des équipages choisis pour s'entraîner à la mission d'interception de l'astéroïde. Il a déja présélectionnés cinq binômes, un pilote et un copilote. Bertrand Petit à choisi cinq artilleurs dans son équipe et Whisler, cinq navigateurs. Pendant les phases de tir, le copilote devra maintenir la vitesse du slidecraft pendant 20 secondes à la vitesse relative de 20 km/s avec Apophis. Ensuite, le pilote aidé du navigateur déclenchera le tir et libèrera le missile de son rack de lancement et s'écartera du missile avant de retourner le slidecraft et il s'éloignera pour effectuer la prochaine sinusoïde. Les missiles sont placés dans deux barillets à trois coups et le rechargement de l'arme ne peut avoir lieu qu'en apesanteur. L'armurier n'aura que peu de temps pour procéder à la manoeuvre car l'esssentiel de l'opération se déroulant alors que le slidecraft accélère, les périodes d'apesanteur seront rares et l'armurier ne pourra procéder au rechargement de l'arme qu'aux moment où le slidecraft devra se retourner pour revenir vers Apophis. Ce temps là sera à déduire des deux heures annoncées par Kirvin.

En rang, au garde-à-vous, à l'annonce de leur nom, certains des sélectionnés trépignent sur place, d'autres laisser échaper un cri de joie contenue.

-" Les navigateurs présélectionnés sont : Benjamen Stirel, Lucius Forbank, Marco Svantos, Sacha Klein, Zefram Cochrane. Les entraînements débuteront dès demain. Bonne journée et joyeux Noël. Rompez les rangs!"

En ettendant son nom, Zefram a l'impression de recevoir un coup de taser. Alors qu"on vient le féliciter, il ne trouve pas ses mots.

-" Salut p'tit gars, je suis le capitaineAllan Orwen, le copi du colonel Conrad Walker. J'espère qu'on bossera ensemble."
-"Oui." Dit Zefram encore sous le choc de la nouvelle.

Allan n'insiste pas et part fêter sa sélection, sobrement, avec son commandant. Zefram regarde sa main deux secondes, elle tremble comme une feuille. Serrant les poings, Zefram se dirige vers le bureau de Petit qu'il trouve en pleine conversation téléphonique.

-" Cochrane, je suis occupé..." Dit Petit en montrant le combiné.
-" C'est grâce à vous si j'ai été sélectionné, hein?" Lance Zefram en pointant un doigt accusateur.
-" Ok, je vois. Je peux te rappeller dans quelques instant?" Demande Bertrand. " Pas de problème.." dit il en posant le téléhone sur son bureau.

Puis, en fixant Zefram droit dans les yeux, il dit.

-" C'est vrai, mais j'aurais cru que cela vous aurait fait plaisir."
-" Je ne vous ai rien demandandé, moi." Crit Zefram.
-" Cochrane, baissez d'un ton !" Ordonne Petit." J'ai votre ordre de conscription dans mon bureau. La conscription civile, vous savez ce que cela veut dire? Que c'est ambiance militaire pour tout le monde. D'après cet ordre je suis votre chef, et je vous ordonne, non seulement de vous entraîner dur, mais aussi d'être celui qui montera à bord de l'Aérodyne. C'est clair?"
-" Euh... Oui Professeur." Répond Zefram surpris par le ton de Bertrand Petit.
-" Si cela peut vous motiver, dites vous que vous êtes en train de faire votre stage de fin d'études pour votre Master. Je me contenterai de la destruction d'Apophis en guise de mémoire. Rompez!"
-" Oui Professeur." Répond Cochrane déboussolé.

Sitôt Zefram sorti, Bertrand Petit reprend le combiné.

-"Allô?"
-" Chef! Oui chef!" Répond Katleen Donovan en riant. " Plus sérieusement, pourquoi tiens tu tant à ce que ton protégé parte la haut? Des gars qui voudraient être à sa place, il doit y en avoir quelques uns dans la zone 51".
-" Je ne doute pas que les quatre autres soient des cracks, et qu'au final, l'équipage du slidecraft sera très compétent. Il n'y a pas de problème là dessus." Insiste Bertrand." Mais les autres navigateurs sélectionnés n'ont pas du tout été formés pour ce genre de mission."
-" Cochrane si?" Demande Katleen.
-" Dans un certain sens." Répond Petit. "Quand j'ai du préparer les cours de relativité pour mes étudiants de Princeton, j'ai galéré parce que moi-même, j'ai une conception usuelle de l'espace et du temps. Pour moi, comme pour le commun des mortels, la Relativité c'est E² égal mc² carré plus c²P² avec E égale à mc² multiplié par le facteur de Lorentz..."
-"Pardon?"
-"Euh...oui, enfin bref, disons que mon utilité usuelle de la Relativité est très limitée, alors que la Relativité est un domaine beaucoup plus vaste." Dit Bertrand." Zefram Cochrane, par contre, c'est sa passion. Par delà les formules, les concepts ont pour lui une réalité tangible alors que même pour moi, même si j'ai du la réétudier, la théorie de la Relatvité demeure abstraite."
-" Je suis surprise." Déclare Katleen en parcourant des yeux le dossier de Zefram Cochrane." Je vais voir ce que je peux faire pour toi."

Maison Blanche , 25 décembre 2035

Sitôt son appel fini, Katleen revient dans ses appartements de la Maison Blanche pour rejoindre son mari pour dinner. Gardant sa relation avec Bertrand Petit ultrasecrete pour des raisons de sécurité nationale, ce qui limite d'ailleurs grandement les possibilités de se retrouver , John Donovan doit probablement igorer qu'il est aussi cornu qu'un renne.

Après sa disgrâce, John a du abandonner son poste de gouverneur de l'état du Colorado et Katleen a du l'éloigner du territoire américain, pour sa propre sécurité et dans l'intérêt du pays puisque bon nombres d'Américains veulent pendre John, haut et court. En le nommant au poste de secrétaire d'état aux affaires étrangères où il excelle, Katleen parvient à faire oublier aux Américain qu'elle est mariée à John tout en n'ayant pas à s'occuper de politique étrangère plus qu'il ne se doit. Sa première mission a été de s'occuper du traité de paix entre les USA et la république de Chine depuis Melbourne car John s'est aussi occupé, en coopération du vice-président des USA qui restera sur place, de l'accueil des réfugiés amrécains qui affluent en masse depuis le mois d'août. John Donovan entreprend aussi un rapprochement substanciel avec la Fédération Européenne car quelques deux cents millions d'Américians vont être déplacés en Australie, cela aura forcément un impact sur le paysage géostratégique post apocalyptique.


Bonne Lecture
Zefram
Revenir en haut Aller en bas
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Star Trek - Apophis - chapitre 15 :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Star Trek - Apophis - chapitre 15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'UNIVERS DE STAR TREK :: Espace Trekkers - Trekkies :: Fanfics Star Trek :: Star Trek - Apophis-
Sauter vers: