AccueilGenesis IFAQS'enregistrerquizzConnexion
Bienvenue à "Nostera en 1000 mots" vous trouverez ses fanfics ici : Nostera en 1000 mots , ou encore dans son widget dans la colone de droite Bienvenue à "Markosamo" et son projet de roman graphique. Vous trouverez les infos ici : Les Anciens Astronautes
Bienvenue à "Msatler" vous trouverez ses fanfics ici : Msatler La trilogie de Msatler

Partagez | 
 

 Star Trek - Apophis - chapitre 11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zefram
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Masculin Nombre de messages : 110
Age : 45
Date d'inscription : 02/08/2012

02072013
MessageStar Trek - Apophis - chapitre 11


New York , le 04 juillet 2033

A l'ambassade de Chine, Tang ouvre enfin les yeux. Sa mère en pleure de joie et veux se précipiter vers lui pour le serrer dans ses bras, mais les médecins l'en empêche afin de pouvoir procéder aux examens nécessaires. Dans la minute suivante, son père entre dans la chambre. Les médecins lui demande de suite de bien vouloir s'occuper de sa femme. Mais, dès qu'il s'en approche, Sa femme lui donne une paire de gifles appuyées, néanmoins, cela lui permet de recouvrer le calme nécessaire pour laisser les médecins s'occuper de Tang.

"Père , Mère", balbutie Tang.
"Tang !" s'écrie sa mère en bousculant toute personne qui se trouve entre elle et son fils.
Elle lui prend la main, Tang tourne la tête vers son père.
"C'était des agents secrets américains". Déclare Tang.
"Tout le monde dehors!" ordonne l'ambassadeur."Toi compris!" précise t'il en désignant sa femme.
Une fois seul, il dit à son fils
"Tu as été enlevé par un groupe extrémiste d'anciens combatants de la guerre de Corée".
"As tu entendu ce que je viens de dire?" Crie Tang."C'était ces p....ns de services secrets américains !"
"Tu ne m'as pas comris." lui répond son père d'un ton ferme." J'ai eu notre président au téléhpone. Il se réjouit de ton retour parmi nous et m'a promis que tu aurais un brillant avenir quand tu reviendras au pays."
"Et alors?"
"Je ne sais pas à quoi tu as involontairment participé, mais j'ai bien saisi que cette opération a été vitale pour l'avenir de la Chine. En conséquences, tu n'as pas été enlevé par les services secrets américains mais par un groupe exrémiste d'anciens combatants de la guerre de Corée."
Tang se renfrogne, son père s'assied sur le rebord du lit et lui dit.
" Tu ne garderas aucune séquelle de ta captivité, je suis sincèrement désolé de ce qui t'es arrivé. Racontes moi."
Princeton, 5 septembre 2033
Dans l'amphitéathre, c'est l'effervescence. Zefram Gil et les autres vont faire leur rentrée en première année du cycle supérieur universitaire, dans trois ans, il auront leur Master. Malheureusement, Apophis va boulverser leurs projets. Le recteur de luniversité fait son entrée dans la salle, il souhaite la bienvenue à ses étudiants puis annonce.

" Le Professeur Petit a été appelé soudainement à Caltech pour participer à un nouveau projet encore secret pour détruire ou dévier l'astéroïde Apophis de sa trajectoire".
Un brouhaha s'élève dans la salle. Gil et Zefram se regardent consternés. Le recteur reprend la parole.

" De toutes les manières, tous les crédits allouées au sciences expérimentales ont été ponctionnées au profit de Caltech. L'Université n'a donc pas les moyens de maintenir la section en activité jusqu'à ce que nous en ayons terminé d'une manière ou d'une autre avec l'astéroïde Apophis. Nous avons cobscience que beaucoup parmi vous vont être déçu, cependant, il vous faut savoir que toutes les universités aux Etats-unis sont concernées. Nous proposons aux étudiants désireux d'obtenir un Master Sciences expérimentales d'intégrer le Master Sciences théroriques."

Bien que cela ne soit pas une surprise, d'autres univrsités ayant déjà pris cette décision por participer au programme, son officialisation est un choc pour les étudiants concernés; enfin, tous sauf un, Tang Luchen. Le jeune homme reste dans son coin impassible, il scrute du regard tous les étudiants présents dans la salle, à l'affut de leurs réactions.
Plus tard, à la cafétériat du campus, il est rejoint par l'ancienne équipe officieuse de Bertrand Petit.

"Tang; " Se lance Xiane. " Nous avons été horrifié de ce qui t'est arrivé".

Tang se retourne et à la grande surprise générale, esquisse un sourire en répondant.

"Je sais, mà mère m'a lu tous vos messages de soutien, et toute notre famille vous remercie pour votre attention pendant toute cette affaire. Vous comprendrez, j'espère que je ne fut pas forcément en état de vous répondre pendant ma convalescence".
"Nous sommes heureux de te retrouver Tang." Lui dit Tran.
"Merci les amis," répond Tang avec un sourire réconfortant. " voyons voir ce qu'il y a à manger".
" Vous voulez manger Japonais ou Japonais"? Demande Kori en riant.
"C'est vraiment écoeurant!" S'exclame Cochrane.
Sur les étales des boutiques d'alimentation, on ne trouvait plus que des produits à base de méduse ou d'algues. Les grands distributeurs industriels d'alimention avaient investi dans la recherche afin de proposer une gamme variée de produits. Seuls les restaurants gastronomiques servaient encore des plats traditionnels. Seul Zefram y avait pu en échapper, en tant que fils d'éleveurs,
"Je ne comprends pas" Lui dit Gil. "Il n'y a pas de pénurie pour le moment. Pourquoi on ne trouve plus rien à manger de décent?"
Zefram raconte alors les nouvelles règles imposées par le secrétaire d'état à l'agriculture. Tous les éleveurs ont reçu la consigne de réduire leur volume de bétail de 80% pour 2036, et de ne garder les bêtes restante dans un but de reproduction. Ils doivent engranger du fourrage pour nourrir les bétail en prévision d'un "hiver nucléaire prolongé". La viande des bêtes abattues est mise en conserve. De leur coté , les fermiers du Maine engrangent leur moisson, seuls l'aquaculture et les éleveurs de volaille semblent épargnés par les mesures de restriction car il y a un gros stock de farine d'origine animale à écouler.

Une voix s'élève dans la salle,
" Eh tout le monde, il faut que vous écoutiez ça."

sur ces mots l'étudiant demande qu'on élève le son des écrans muraux disposés dans le réfectoire. Sur l'écran John Donovan et le professeur Mayers faisaient une déclaration qui ressemblait à un appel, ils proposaient de cosntruire sur la Lune un canon à charge nucléaire qui propulserait lorsque Apophis passerait au plus près de la Terre en septembre 2034.

"P....n! Mais c'est ce sur quoi Petit nous faisait bosser!" s'étrangle Zefram.
"L'e....é ! Mais quel e....é!" Lance Gil à la grande stupeur de tout le monde.
De son coté Xiane ne peut retenir ses larmes, Tran enrage et jette son plateau par terre. Kori reste silencieux.. Seul Tang reste stoïque et leur dit.

- "Restez calmes. Je suis le fils de l'ambassadeur de Chine et suite à ma mésaventure de cet été, je suis bien perçu par les autorités de mon pays. Je vous promets que Petit n'aura pas les lauriers pour lui tout seul si c'est ce qu'il veut."

L'équipe de Petit se rassied à leur place. De temps à autre, les étudiants présent dans le réfectoire se retourne vers eux en leur laçant des regards mêlé réprobateurs mêlé d'incompréhension. Mais, leur intérêt se détourne vite du groupe pour assister à la conférence de presse. Tang leur glisse discrètement.

"Je vous en prie ne vous faites plsu remarquer.".
Silencieusement les autres acquiescent, pensant que Tang était en train de mijoter un plan pour faire reconnaître leur rôle dans ce que Donovan qualifie de tentative de la dernière chance pour détruire Apophis. Malheureusement, aucun d'entre-eux ne peut savoir qu'en réalité, Tang était en train de tromper son monde.

Schenyang le 6 septembre 2033

Bertrand Petit avait passé l'été à superviser l'aménagement de son laboratoire privé dans les locaux d'un ancien centre commercial. Avec Tan Kaloïn, il prépare le protocole des futurs essais miniatures du système d'armes qu'il compte utiliser contre Apophis.

Le directeur de la base de recherche de Schenyang entre avec un sourire triomphal avec Khan et Kia.
"Bonjour Professeur, il semblerait que votre ancien coéquipier sur le projet du Laplace ai pris une longueur d'avance sur vous" Dit le directeur qui a du mal à cacher sa joie.
"Ah oui?" Demande Petit.
"Oui! Regardez par vous même".
Bertrand regarde l'annonce officielle conjointe de Mayers et de Donovan tout en commençant à découvrir le livret qui détaille le projet du canon à impulsion nucléaire transmis par Donovan aux Chinois. Petit devient blême et parcourt avec les yeux horrifiés les pages techniques du livet.

"Quelque chose ne va pas?" Demande Kia.
D'une main tremblante, Petit lui demande de patienter. Khan demande à un technicien d'apporter de l'eau fraiche. Petit qui a du mal à respirer parvient à tendre le le livret à Tan et le désigne à Kia. Le directeur de la base de Schenyang qui n'a jamais digéré d'avoir été évincé à la tête du projet par le président chnois déclare en tournant les talons.
"Ce qu'il a ? C'est que Mayers a réussi à lui piquer ses idées sans le savoir." Et dans la foulée, il ordonne à ses directeurs de recherche : " Allons messieurs, on remballe tout; nous avons du travail car nous allons sur la Lune!".
Les directeurs se mettent tous au garde-à-vous et courbent le dos avant de s'exécuter et de se disperser, le directeur de la base de recherche de Schenyang à leur suite. Tandis que Petit obtient enfin son verre d'eau, Tan lui dit :
" Cela ne ressemble pas vraiment à ce sur quoi nous nous apprêtions à travailler".
Petit acquiesce du signe de la tête parce qu'il n'arrive pas encore à parler mais parvient à se lever pour se diriger vers la fontaîne d'eau, Kia à sa suite pour le secourir en cas de défaillance. Khan s'avance vers Tan Kaloïn et lui demande d'un ton glacial :

"A savoir?"
" vous voyez cette bobine supraconductrice ?" demande Tan à Khan en désignant un bac d'essai. Elle est relié à des pistons à détente rapide dans le but de faire varier le nombre de spires par unité de longueur afin d'augmenter de façon brutale l'intensité du champ magnétique".
Tan Kaloïn lui tend le livret et l'ouvre à la page concernée.

"Sur ce plan, la bobine supraconductrice est incorporée dans le tube du canon et ne sert qu'à guider l'obus depuis la chambre de propulsion jusqu'à la bouche et déterminer le vecteur de sortie. Le nombre de spires par unité de longueur de varie donc pas."
Khan ouvre grands les yeux de stupeur. Il prend le livret et le tend vers Petit qui revient en compangie de Kia.
"Qu'est ce que cela veut dire ?" Demande Khan irrité." D'après nos sources Mayers s'est inspirés des travaux que les services secrets américains ont retrouvé à votre domicile".
"Quand j'ai été approché par vos services à vous, on m'a demandé de rendre crédible mon enlèvement." Explique Bertrand. " Le gouvernement américain en sait assez sur moi pour savoir que je laisse trainer mes documents de travail, mes ébauches de projets, des croquis, les idées qui me passe par la tête, ma liste de course, un peu partout ou je mets les pieds. S'ils n'avaient rien trouvé, cela aurait été suspect. J'ai donc demandé à quelques uns de mes élèves de me concocter un projet "alternatif"
"Ce projet? " Demande Khan qui connaît déjà la réponse que Petit confirme par une grimace.
"Est ce qu'il tient la route au moins" Demande Kia.
" Dans les détails j'ignore comment le canon à impulsion nucléaire fonctionne, mais bien que les élèves que j'ai sélectionné soient plutôt bons dans leur domaine, j'ai moi-même prioché quelques éléments dans leurs travaux pour mes recherches personnelles, il ne faut pas oublier qu'ils viennent seulement de débuter leur Master." Dit Bertrand." Ne reste plus qu'à espérer que Mayers aie au moins pris le temps de vérifier les calculs et d'adpter le projet avant de se lancer."
"Il faut prévenir le général Panyang." Déclare kia à Khan.
"Je suis d'accord, mais avant je veux voir ce que monsieur Petit a à nous proposer." Lui répond Khan
" J'imagine donc qu'il est grand temps que je fasse ma petite présentation."

Petit sort une clef de sa poche et l'insère dans le port d'un ordinateur. Il a appelé son projet " Obus Sakharov" en l'honneur du physicien russe Andreï Sakharov qui est à l'origine du générateur magnéto-cumulatif appelé aussi générateur à compression de flux. L'obus Sakharov est un missile qui devra être tiré lorsqu'Apophis entammera la dernier segment de sa trajectoire d'interception avec la Terre. Le missile va devoir remonter la trajectoire finale de l'astéroïde , et au fur et à mesure qu'il progressera , il va avoir un mouvement de rotation de plus en plus rapide afin de bloquer la ligne de visée ( principe de la toupie). A moins de tois cent mètre de l'astéroïde, la charge de l'étage primaire, l'amorce sphérique, explose, elle va provoquer la fission de l'enveloppe de l'étage secondaire constitué par du plutonium 238. Cette enveloppe va se comporter comme une bombe A (fission) cylindrique de forte puissance.
Mais, au lieu de comprimer un noyau constitué de tritium et deutérium, comme dans une bombe H classique, la fission de l'enveloppe va comprimer un solénoïde traversé par un plasma qui engendre le flux magnétique. Cette compression du flux va propulser une flèche de tungstène à une vitesse de l'ordre de 2000 km/s qui frappera durement et localement Apophis. Petit espère, en quelque coups avoir suffisemment fragilisé la structure d'Apophis afin de lui lancer une bombe à fusion , en l'occurence la Tsar Bomba pour disperser les fragment de l'astéroïde dans l'espace.
Après avoir vu la présentation, Kia et Khan décident d'en parler à Chang qui fera un topo de la situation à Ken Panyang. Tan Kaloïn demande à Kia d'intercéder auprès de Ken Panyang afin qu'il puisse rester avec une équipe d'une vingtaine de techniciens et de deux trois autres assistants de recherche sur nle site de Schenyang pour poursuivre les recherches de Petit.

Une fois informé Deng Lô-Ping pris l'affaire avec philosophie. Apprendre qu'à l'origine du canon à impulsion nucléaire se trouve cinq étudiants de premier cycle universitaire dont Tang Luchen l'a bien fait rire, mais John Donovan et Mayers l'ont mis au pied du mur avec leur déclaration publique . Pas seulement les Chinois mais le Monde entier avait repris un peu espoir dans l'avenir et les experts sicentifiques chinois qui ont étudié les documents du projet américain l'ont assuré de sa solidité, sur le plan théorique du moins.
Selon les résulats, l'astéroïde passait au plus près de la Terre tous les 284 jours. Par conséquent si la première salves d'obus ne devait pas parvenir à écarter la menace d'Apophis, une nouvelle tentative pouvait être envisagée pour le 03 juillet 2035. Sinon, il leur restait toujours l'option développée par Petit en attendant. D'ici là, les canons devraient être prêts pour le 22 septembre 2034.

Murun, Mongolie, novembre2033

L'armée Mongol, jusqu'ici embryonnaire, connait un essort rapide grâce à l'arrivée d'un armement moderne, entièrement financé par l'Union européenne par l'intermédiaire d'EBI. Le gouvernement mongol s'est retrouvé face à un défi de taille puisqu'il lui fallait recruter massivement et former des bataillons entiers de recrues aux nouvelles technologies. Transformer des bergers nomades en foudre de guerre rompues aux systèmes d'armes les plus modernes ne coule pas forcément de source.

Heureusement, le gouvernement mongol peut s'appuyer sur bon nombre d'étudiants parti étudier à l'étranger et qui, répondant à l'appel du drapeau, se sont massivement engagés. Ce qu'il ignore, ou feint d'ignorer, est que sa future armée est largement noyautée par le service action de Ken Panyang. Au point que bien souvant, les instructeurs européens ont sans le savoir des recrues tout aussi aguerries qu'eux. Les Chinois infiltrés font profil bas, la barrière de la langue et la nécessité de s'adapter à de nouveaux matériels les aidant à ne pas trop sortir du lot.

La base aérienne de Murun est encore en plein chantier. Les F-18 Hornet n'ont pas encore été livrés, mais cela n'empêche nullement les instructeurs européens de commencer dès à présent à former les pilotes mongols de l'escadre sur simulateur. Thomas Herlaken et Kurth Mankein sont rassuré sur la qualité des pilotes de l'escadrille dont ils auront la charge. Les essais sont prometteurs et les élèves pilotes sont particulièrement attentif, leur progression est constante. Les Allemands peuvent souffler car ils pourront passer rapidement aux vols en conditions réelles. Le soir, après avoir diné, les élèves pilotes doivent passer en moyenne deux heures dans leur barraquement à réviser les cours sur l'avionique du F-18 enseigné l'après midi et leur instruction militaire du matin dispensé par des officiersde métiers de l'armée mongole.

"Narka?"
"Oui Garlud."
"Quand je regarde les capacités du F-18 je me demande si nous avons bien fait d'intégrer l'armée de l'Air."
"Pourquoi?" Demande Lin.

Les Améliorés, grâce à Shin Fuchuan étaient parvenus à infiltrer l'armée de l'air, qui venait de se créer puisque l'armée mongole était dénuée de tout moyen aérien jusqu'alors. Cela leur a permis de rester ensemble au sein de la même escadrille. Conformément aux ordres, ils s'appelle par leur nom d'emprunt et ne parle entre-eux qu'en Mongol.

"Je doute que nous fassions le poids face à un SU-47."
" N'en sois pas si certain, le F-18 est un appareil très fiable et c'est le seul chasseur occidental à être capable de faire la manoeuvre du cobra. Ajoutes à cela notre capacité à endurer les G, nous devons théoriquement l'emporter en combat tournoyant."
"N'aurions nous pas eu plus de liberté d'action en intégrant l'armée de Terre ? Cette base est particulièrement surveillée."
" Peut-être Garlud, mais cela nous place aussi en première ligne et quand viendra l'heure où nous nous dévoilerons aux Humains, leur sort sera scellé".
Moscou, Décembre 2033

Les rapports s'accumulent sur le bureau de Sergeï Kosonov. Le FSB est très actif en cette période trouble, il est redevenu l'armée dans l'armée qu'était le KGB du temps des soviétiques. Nénamoins, malgré des moyens décuplés, les Russes ne parvenaient toujours pas à retrouver leur bombe ni à identifier leurs agresseurs à Zelenogorsk avec certitude. Même Sergeï commençait à douter de la culpabilité des Chinois dans cette attaque.
Pour l'heure, il y avait beaucoup d'activité en Mongolie, Chine, USA, et il appartenait à Sergeï de trouver une cohérence entres les notes et les dossiers qui lui ont été transmis par les analystes du FSB. Suite à la bataille de Zelenogorsk, il a fait transférer le général Vladimir Iachkine au palais du Kremlin pour l'avoir sous le coude en cas de besoin. Iachkine y dirige une équipe de cinquante personnes entièrement dédiée à Apophis et tout ce qui tourne autour, un Colonel, Léonold Reiksev à en charge une équipe beaucoup plus vaste pour s'occuper des activité de renseignements adveres.

"Si, j'ai bien suivi l'histoire," dit Seigeï," Au mois de mai, les Chinois déménagent le personnel de la base spatiale de Jiuquan pour les transférer à 'Ground Zero' à Schenyang. Et moins de six mois après il les font revenir à Jiuquan?"
" Exact Monsieur le Président." Répond Iachkine." Nous avons la certitude que les Chnois entreprennent la construction d'un ou plusieurs convoyeurs pour apporter les éléments des canons à impulsion nucléaire à la surface de la Lune.
" Je vois et au besoin, leur engin pourrait aussi servir à véhiculer la Tsar Bomba jusqu'à Apophis.". Ajoute Sergeï. "Des nouvelles de Petit ?"Demande le président russe en direction Reiksev.
"Il es toujours introuvable." lui répond Léonold." Malgré tout, certains indices nous laisse suggérer qu'il soit toujours en vie et que les Chinois tentent de l'exfiltrer du continent Nord-américain, si ce n'est déjà fait. La CIA en est convaincue et les Amércains ont considérablement accentué le contrôles de leurs frontières."
"D'accord. Cela étant, dans le doute, j'agirai de même." déclare Kosonov. "Iachkinne, avez vous l'étude que je vous ai demandée?"
Vladimir tend à Kosonov deux plans grand format de courbes d'isoprobabilités du point de chute de l'astéroïde après avoir été impacté par la Tsar Bomba.

"La voici Monsieur le Président. Nous avons considéré deux scénarios possibles: Le premier est un impact directe de la bombe sur l'astéroïde et on voit que les courbes dessinnent une ellipse autour du point de chute initial. La principale zone menacée est toute la partie Sud-Est de la Chine ainsi que la mer du Japon. Les effets seraient encore plus dévastateurs que s'il tombait sur Schenyang."
Iachkine demande à Sergei avec sa main de considérer le second plan.

" Il est à peu près certain que les Chinois tenteront d'orienter le point de chute de l'astéroïde vers la Sibérie. Les zones probables d'impact sont la Sibérie orientale, une partie de l'Alaska et le Pacifique Nord."

Kosonov ne peut retenir un frémissement. Dans les deux premiers cas, cela plongerait l'hémisphère Nord dans un hiver nucléaire dont les effets pourraient se ressentir pendant une décenie. Par contre, si Apophis devait tomber dans le Pacifique, un raz de marée gigantesque pourrait submerger toutes les côtes du Pacifique, et détruirait probablement toute la faune et la flore marine du plus grand océan du monde.

Bien que Kosonov ne soit pas connu pour être un militant écologiste, il en sait assez sur le sujet pour savoir qu'une telle extinction massive auraient des conséquences incalculable et pourrait entraïner, par incidence, l'extinction de l'humanité dans son ensemble. Mais, paradoxalement, les Chnois pourraient avoir une autre lecture de cet événement car l'archipel du Japon forme une barrière naturelle qui protègerait efficacement les côtes chinoise contre un raz de malgrée de grande ampleur.

Sergeï demande à ses collaborateurs quelques minutes de patience et part s'isoler dans la chapelle privée de ses appartements au Kremlin pour y prier et méditer. Il en ressort 20 minutes plus tard et contacte par téléphone crypté la présidente de la Fédération Européenne Irina Nirmi.
Revenir en haut Aller en bas
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Star Trek - Apophis - chapitre 11 :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Star Trek - Apophis - chapitre 11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'UNIVERS DE STAR TREK :: Espace Trekkers - Trekkies :: Fanfics Star Trek :: Star Trek - Apophis-
Sauter vers: