AccueilGenesis IFAQS'enregistrerquizzConnexion
Bienvenue à "Nostera en 1000 mots" vous trouverez ses fanfics ici : Nostera en 1000 mots , ou encore dans son widget dans la colone de droite Bienvenue à "Markosamo" et son projet de roman graphique. Vous trouverez les infos ici : Les Anciens Astronautes
Bienvenue à "Msatler" vous trouverez ses fanfics ici : Msatler La trilogie de Msatler

Partagez | 
 

 Nouvel Interview d'un membre de notre forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mbuna
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Nouvel Interview d''un membre de notre forum   Mar 19 Mai 2009, 14:12

Bonjour à tous !

Notre forum a été contacté par le trimestriel AMUSEMENT, afin de réaliser un article assez sympathique. Celui ci se déclinait en 10 points, avec la réponse d'un novice puis d'un trekker pour chacun de ces points. En ma qualité d'attaché de presse du forum (tiens ça en jette, j'vais être obligé d'avoir des cartes perso et un I'Phone : :mrgreen: : ), je me suis prêté au jeu. On a fait cela en 2 nuits (blanches), j'en peux plus, j'suis mort.
Cet article devrait paraître vers le 15 juin dans ce magasine, s'il passe la mise en page, et rien n'est moins sûr..oups.

Voilà l'article :

Citation :
LIVE LONG and PROSPER !

L’exaltant Star Trek de J.J. Abrams dépoussière (d’étoiles) le space-opera et la saga de Gene Roddenberry. Un newbie propose dix clés pour rattraper le temps perdu ; un Trekker (the official fan) avance vers l'inconnu.


1/ REBOOT

Abrams remanie les bases de la licence afin d’accrocher les néophytes.

A savoir :

Rien de tel qu’un retour vers le passé pour tracer une destinée plus réjouissante. Le film s’inscrit donc comme une genèse débridée de la première des cinq séries Star Trek (ST : The Original Series, 1966-69). Ou comment Kirk et les autres se sont rencontrés. Non, pas sur Facebook.

Parole de trekker :

Abrams est malin. Le reboot lui permet de s’affranchir des “canons” (ensemble des évènements de la trame historique de ST). Habituellement, ces canons font couler beaucoup d’encre (et de bières) dans la communauté des fans ; qui décortiquent les épisodes ou romans. C’est la bible des Trekkers. Abrams enlève ici leurs repères. Ils doivent tout oublier... et sont (presque) à égalité avec les novices.


2/ L’USS ENTERPRISE

L’United Star Ship Enterprise est un vaisseau de la flotte Starfleet. Le plus connu de la galaxie après le Millenium Falcon.

A savoir : Personnage à part entière dans la série, il devient objet de convoitise dans le film. On assiste à sa construction et son premier acte de bravoure. Il sera le théâtre des aventures de la joyeuse bande.

Parole de trekker :

Les vaisseaux de classe Constitution sont les plus convoités, mais l'Enterprise est aussi un vaisseau d'exploration. Sa mission : aller « where no man has gone before ». S’il sait se défendre, il est surtout le porte drapeau de la vision de Roddenberry, véhiculant les hommes, épanchant leur soif de l'inconnu.


3/ KIRK / SPOCK / McCOY

Le futur capitaine de l’Enterprise se fait casser le nez tous les deux plans, le Vulcain Spock est aussi névrosé que partagé, le Dr McCoy est divorcé et ruiné. Abrams offre un passé attachant aux protagonistes...

A savoir : La complémentarité du trio est fondamental. Dans le film, le stoïque Spock canalise l’impétueux Kirk qui à son tour lui glisse une option plus “humaine”. McCoy s’occupe du cynisme.

Parole de trekker :

Le triptyque a une mécanique relationnelle très aboutie. Spock est la raison, McCoy le cœur, et Kirk le corps (l’action). Spock et McCoy c'est “je t'aime moi non plus”. Kirk utilise ces deux leviers pour adopter la meilleure solution face aux problèmes (qui est souvent complètement divergente).


4/ L’EMBALLAGE

La classe des nouveaux costumes Starfleet donnerait presque envie de participer à une convention de fans. Star Trek subit un relooking discret mais opportun.

A savoir : Outre ses uniformes aussi sexy qu’un trou noir, la série présentait également un décor minimaliste : le poste de pilotage de l’Enterprise où fleurissaient les boutons comme autant de “bips” sonores irritants.

Parole de trekker :

Qui n'aimerait pas bosser en pyjama? Ca aussi fait partie de l'optimisme de ST:TOS ! Ha ha! Bon, au-delà de tous ces clichés, l'aspect kitsch a finalement beaucoup apporté sur le fond. Exemple : l’idée géniale de la téléportation découlait du manque de budget pour montrer une navette atterrir !


5/ LES FEMMES
Figure maternelle ou officier en mini-jupe, la femme conserve une place fondamentale sur le pont de l’Enterprise.

A savoir :

La sublime Zoë Saldana reprend le rôle - précurseur à plus d’un titre - du lieutenant noir Nyota Uhura. Dans les 60’s, elle était symbole de tolérance et de caractère. Aujourd’hui, libérée, elle dame le pion aux leaders testostéronés.

Parole de trekker :

La sensualité est à fleur de peau dans ST : TOS. Quasiment chaque épisode a sa “Space-Babe”. Quelques fois avec des antennes sur la tête ou des oreilles en chou fleur... mais, bizarrement des atouts purement féminins ne sont jamais retouchés par l'équipe de SFX (oui, elle existait !).


6/ L’UTOPIE

Star Trek montre une humanité qui s’affranchit des conflits pour avancer dans une même direction : les étoiles. C’est beau.

A savoir :

Dans le futur, la maladie, l’inégalité, Hadopi et la guerre n’existent pas. Un monde parfait où la tolérance n’a pas de prix. La preuve, Kirk laisse une chance au pourri de service.

Parole de trekker :

Exceptée la malédiction des red-shirts (on comptait les secondes qu’il restait à vivre aux seconds rôles en rouge téléportés sur les planètes), l’Espace est salvateur. La rencontre avec les E.T. - souvent omniscients ou omnipotents - incite à l’humilité et à la compréhension de notre place dans l’Univers. Les problèmes se résolvent rarement par la destruction. La Fédération des Planètes (l’ONU du futur) est la réalisation de cette utopie.


7/ LES BAD GUYS

Tout n’est pas rose dans l’espace. Dans le film, les ennuis naissent du désir de vengeance de Nero, un Romulien.

A savoir :

Les Romuliens sont des extra-terrestres humanoïdes dérivés des Vulcains (auxquels appartient Spock - tout le monde suit ?). Abrams les a préféré aux Klingons, ennemis cornus et poilus de la série originale.

Parole de trekker :

Star Trek est une série à part. Les conflits naissent de la nature même des personnages. On parlera donc de conflits de civilisations plutôt que de gentils/méchants. Les Borgs de The Next Generation et Voyager, le Dominion de Deep Space 9 ou les Klingons de TOS ont leur propre culture dictant leurs actions. C'est le prisme de notre vision humaine qui les place sur l'échelle du bien et du mal.


8/ LEONARD NIMOY

Les oreilles pointues, c’est lui : l’interprète original de M. Spock. Il avait juré de ne plus toucher à Star Trek... Pourtant, à 78 ans, la frange lui sied toujours à ravir.

A savoir :

Abrams profite d’un univers propice aux anomalies temporelles pour réintroduire le légendaire vieux Spock, qui fait le pont générationnel. Dans le fond comme dans la forme, la boucle est bouclée.

Parole de trekker :

Nimoy est le gardien du temple. Contrairement à William Shatner (Kirk), il jouait déjà dans The Cage, le tout 1er pilote (1964), jamais diffusé à la TV car considéré comme trop intello. L'extrême longévité des Vulcains (et Léonard lui-même) permet à Nimoy d’être présent dans le film, où il a 156 ans. Les vulcains peuvent vivre au-delà de 200 ans (Sarek, père de Spock, est mort à plus de 200 ans).


9/ LE TON STAR TREK

D’aucuns jugent - n’en déplaise ! - Star Trek plutôt austère (qui m’a dénoncé ?) ; Abrams rectifie le tir en injectant un grain de folie et beaucoup de dollars.

A savoir :

Insistant peu sur l’action, la série baignait dans une ambiance propice aux réflexions sur des sujets tels que les droits de l’homme, le racisme ou l’inégalité sociale. Engagé.

Parole de trekker :

Le budget réduit de la série originale obligeait les scénaristes à approfondir les sujets, à construire un background par explication et allégorie. Le fond primait sur la forme (heureusement, vu la forme!). Beaucoup de parlote, aucun blabla ! Sauf le fameux “technoblabla” dont sont issus le micro-ondes, le téléphone portable et bien sûr le voyage trans-distorsionnel grâce aux chambres intermix qui canalisent l'énergie générée par la réaction matière-antimatière distribuée par les conduits à plasma protégés par champ de confinement !


10/ MELTING-POT

Dans l’Enterprise se croisent Kirk l’Américain, Uhura l’Afro-Américaine, Chekov le Russe, Sulu l’Asiatique, Spock l’alien : Star Trek had a dream !

A savoir : Si en 2009 le cliché d’une telle pluralité ethnique peut prêter à sourire, la présence de Chekov en pleine guerre froide témoigne de la lutte de la série pour l’intégration et le respect de l’autre. Martin Luther King approved...

Parole de trekker :

Lorsque Kirk embrasse Uhura dans l'épisode 65 (Plato's stepchildren), il s'agit tout simplement du 1er baiser interracial de l'histoire de la télévision... Le vrai message de Star Trek est là : pour aller vers l'inconnu, accepter des échelles différentes de valeur, il faut d’abord balayer devant sa porte. Or comment s'imaginer être prêt à rencontrer d’autres civilisations galactiques alors que nous n’acceptons pas nos infimes différences culturelles humaines...?

Le contact s'est admirablement bien passé. :thumup:
On a passé 2 nuits à faire l'article, car en fait vous avez vu il n'est pas très grand, la place manquait. En effet, j'avais le droit à 400 signes par réponse, pas +. J'ai du refaire pas mal de fois chaque réponse, en tournant les phrases au plus simple et en supprimant pas mal d'informations.. Ca a été un crêve coeur, tiens ultèrieurement je devrais vous poster mes 1ères réponses, vous allez voir ca n'a rien à voir, j'avais mis tout plein de références aux épisodes, des anecdotes et tout et tout (c'est ce qu'il m'avait demandé de faire au début, pour montrer qu'ils avaient interviewé un fan hard-core) !

Bon voilà son dernier message, qui me fait un peu peur quant à la publication de l'article...

Citation :
Je vais mettre le nom du forum dans l'article et préciser à la rédac que c'est important.
La mag sortira après le 10 juin. Vers le 15 sans doute. Mais il faut encore que mon rédac-chef approuve l'article avoir de crier victoire !

Pour dénicher le mag. http://www.trouverlapresse.com/LOP/start.do pourrait aider wink

Bonne fin de nuit Eric Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nouvel Interview d'un membre de notre forum   Mar 19 Mai 2009, 14:28

Et après tu me dis que t'es fatigué!! fume
Bon boulot encore une fois....en espérant que cette fois-ci la tronçonneuse n'ai plus d'essence!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Archy
Contre-Amiral
Contre-Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 5409
Age : 41
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Nouvel Interview d'un membre de notre forum   Mar 19 Mai 2009, 16:14

Excellent travail une fois de plus , toutes mes félicitations Mbuna !!! dac
Revenir en haut Aller en bas
Yukisoma
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Masculin Nombre de messages : 271
Age : 39
Date d'inscription : 29/07/2006

MessageSujet: Re: Nouvel Interview d'un membre de notre forum   Mar 19 Mai 2009, 18:12

mbuna a écrit:
Bonjour à tous !

Notre forum a été contacté par le trimestriel AMUSEMENT, afin de réaliser un article assez sympathique. Celui ci se déclinait en 10 points, avec la réponse d'un novice puis d'un trekker pour chacun de ces points. En ma qualité d'attaché de presse du forum (tiens ça en jette, j'vais être obligé d'avoir des cartes perso et un I'Phone : :mrgreen: : ), je me suis prêté au jeu. On a fait cela en 2 nuits (blanches), j'en peux plus, j'suis mort.
Cet article devrait paraître vers le 15 juin dans ce magasine, s'il passe la mise en page, et rien n'est moins sûr..oups.

Voilà l'article :

Citation :
LIVE LONG and PROSPER !

L’exaltant Star Trek de J.J. Abrams dépoussière (d’étoiles) le space-opera et la saga de Gene Roddenberry. Un newbie propose dix clés pour rattraper le temps perdu ; un Trekker (the official fan) avance vers l'inconnu.


1/ REBOOT

Abrams remanie les bases de la licence afin d’accrocher les néophytes.

A savoir :

Rien de tel qu’un retour vers le passé pour tracer une destinée plus réjouissante. Le film s’inscrit donc comme une genèse débridée de la première des cinq séries Star Trek (ST : The Original Series, 1966-69). Ou comment Kirk et les autres se sont rencontrés. Non, pas sur Facebook.

Parole de trekker :

Abrams est malin. Le reboot lui permet de s’affranchir des “canons” (ensemble des évènements de la trame historique de ST). Habituellement, ces canons font couler beaucoup d’encre (et de bières) dans la communauté des fans ; qui décortiquent les épisodes ou romans. C’est la bible des Trekkers. Abrams enlève ici leurs repères. Ils doivent tout oublier... et sont (presque) à égalité avec les novices.


2/ L’USS ENTERPRISE

L’United Star Ship Enterprise est un vaisseau de la flotte Starfleet. Le plus connu de la galaxie après le Millenium Falcon.

A savoir : Personnage à part entière dans la série, il devient objet de convoitise dans le film. On assiste à sa construction et son premier acte de bravoure. Il sera le théâtre des aventures de la joyeuse bande.

Parole de trekker :

Les vaisseaux de classe Constitution sont les plus convoités, mais l'Enterprise est aussi un vaisseau d'exploration. Sa mission : aller « where no man has gone before ». S’il sait se défendre, il est surtout le porte drapeau de la vision de Roddenberry, véhiculant les hommes, épanchant leur soif de l'inconnu.


3/ KIRK / SPOCK / McCOY

Le futur capitaine de l’Enterprise se fait casser le nez tous les deux plans, le Vulcain Spock est aussi névrosé que partagé, le Dr McCoy est divorcé et ruiné. Abrams offre un passé attachant aux protagonistes...

A savoir : La complémentarité du trio est fondamental. Dans le film, le stoïque Spock canalise l’impétueux Kirk qui à son tour lui glisse une option plus “humaine”. McCoy s’occupe du cynisme.

Parole de trekker :

Le triptyque a une mécanique relationnelle très aboutie. Spock est la raison, McCoy le cœur, et Kirk le corps (l’action). Spock et McCoy c'est “je t'aime moi non plus”. Kirk utilise ces deux leviers pour adopter la meilleure solution face aux problèmes (qui est souvent complètement divergente).


4/ L’EMBALLAGE

La classe des nouveaux costumes Starfleet donnerait presque envie de participer à une convention de fans. Star Trek subit un relooking discret mais opportun.

A savoir : Outre ses uniformes aussi sexy qu’un trou noir, la série présentait également un décor minimaliste : le poste de pilotage de l’Enterprise où fleurissaient les boutons comme autant de “bips” sonores irritants.

Parole de trekker :

Qui n'aimerait pas bosser en pyjama? Ca aussi fait partie de l'optimisme de ST:TOS ! Ha ha! Bon, au-delà de tous ces clichés, l'aspect kitsch a finalement beaucoup apporté sur le fond. Exemple : l’idée géniale de la téléportation découlait du manque de budget pour montrer une navette atterrir !


5/ LES FEMMES
Figure maternelle ou officier en mini-jupe, la femme conserve une place fondamentale sur le pont de l’Enterprise.

A savoir :

La sublime Zoë Saldana reprend le rôle - précurseur à plus d’un titre - du lieutenant noir Nyota Uhura. Dans les 60’s, elle était symbole de tolérance et de caractère. Aujourd’hui, libérée, elle dame le pion aux leaders testostéronés.

Parole de trekker :

La sensualité est à fleur de peau dans ST : TOS. Quasiment chaque épisode a sa “Space-Babe”. Quelques fois avec des antennes sur la tête ou des oreilles en chou fleur... mais, bizarrement des atouts purement féminins ne sont jamais retouchés par l'équipe de SFX (oui, elle existait !).


6/ L’UTOPIE

Star Trek montre une humanité qui s’affranchit des conflits pour avancer dans une même direction : les étoiles. C’est beau.

A savoir :

Dans le futur, la maladie, l’inégalité, Hadopi et la guerre n’existent pas. Un monde parfait où la tolérance n’a pas de prix. La preuve, Kirk laisse une chance au pourri de service.

Parole de trekker :

Exceptée la malédiction des red-shirts (on comptait les secondes qu’il restait à vivre aux seconds rôles en rouge téléportés sur les planètes), l’Espace est salvateur. La rencontre avec les E.T. - souvent omniscients ou omnipotents - incite à l’humilité et à la compréhension de notre place dans l’Univers. Les problèmes se résolvent rarement par la destruction. La Fédération des Planètes (l’ONU du futur) est la réalisation de cette utopie.


7/ LES BAD GUYS

Tout n’est pas rose dans l’espace. Dans le film, les ennuis naissent du désir de vengeance de Nero, un Romulien.

A savoir :

Les Romuliens sont des extra-terrestres humanoïdes dérivés des Vulcains (auxquels appartient Spock - tout le monde suit ?). Abrams les a préféré aux Klingons, ennemis cornus et poilus de la série originale.

Parole de trekker :

Star Trek est une série à part. Les conflits naissent de la nature même des personnages. On parlera donc de conflits de civilisations plutôt que de gentils/méchants. Les Borgs de The Next Generation et Voyager, le Dominion de Deep Space 9 ou les Klingons de TOS ont leur propre culture dictant leurs actions. C'est le prisme de notre vision humaine qui les place sur l'échelle du bien et du mal.


8/ LEONARD NIMOY

Les oreilles pointues, c’est lui : l’interprète original de M. Spock. Il avait juré de ne plus toucher à Star Trek... Pourtant, à 78 ans, la frange lui sied toujours à ravir.

A savoir :

Abrams profite d’un univers propice aux anomalies temporelles pour réintroduire le légendaire vieux Spock, qui fait le pont générationnel. Dans le fond comme dans la forme, la boucle est bouclée.

Parole de trekker :

Nimoy est le gardien du temple. Contrairement à William Shatner (Kirk), il jouait déjà dans The Cage, le tout 1er pilote (1964), jamais diffusé à la TV car considéré comme trop intello. L'extrême longévité des Vulcains (et Léonard lui-même) permet à Nimoy d’être présent dans le film, où il a 156 ans. Les vulcains peuvent vivre au-delà de 200 ans (Sarek, père de Spock, est mort à plus de 200 ans).


9/ LE TON STAR TREK

D’aucuns jugent - n’en déplaise ! - Star Trek plutôt austère (qui m’a dénoncé ?) ; Abrams rectifie le tir en injectant un grain de folie et beaucoup de dollars.

A savoir :

Insistant peu sur l’action, la série baignait dans une ambiance propice aux réflexions sur des sujets tels que les droits de l’homme, le racisme ou l’inégalité sociale. Engagé.

Parole de trekker :

Le budget réduit de la série originale obligeait les scénaristes à approfondir les sujets, à construire un background par explication et allégorie. Le fond primait sur la forme (heureusement, vu la forme!). Beaucoup de parlote, aucun blabla ! Sauf le fameux “technoblabla” dont sont issus le micro-ondes, le téléphone portable et bien sûr le voyage trans-distorsionnel grâce aux chambres intermix qui canalisent l'énergie générée par la réaction matière-antimatière distribuée par les conduits à plasma protégés par champ de confinement !


10/ MELTING-POT

Dans l’Enterprise se croisent Kirk l’Américain, Uhura l’Afro-Américaine, Chekov le Russe, Sulu l’Asiatique, Spock l’alien : Star Trek had a dream !

A savoir : Si en 2009 le cliché d’une telle pluralité ethnique peut prêter à sourire, la présence de Chekov en pleine guerre froide témoigne de la lutte de la série pour l’intégration et le respect de l’autre. Martin Luther King approved...

Parole de trekker :

Lorsque Kirk embrasse Uhura dans l'épisode 65 (Plato's stepchildren), il s'agit tout simplement du 1er baiser interracial de l'histoire de la télévision... Le vrai message de Star Trek est là : pour aller vers l'inconnu, accepter des échelles différentes de valeur, il faut d’abord balayer devant sa porte. Or comment s'imaginer être prêt à rencontrer d’autres civilisations galactiques alors que nous n’acceptons pas nos infimes différences culturelles humaines...?

Le contact s'est admirablement bien passé. :thumup:
On a passé 2 nuits à faire l'article, car en fait vous avez vu il n'est pas très grand, la place manquait. En effet, j'avais le droit à 400 signes par réponse, pas +. J'ai du refaire pas mal de fois chaque réponse, en tournant les phrases au plus simple et en supprimant pas mal d'informations.. Ca a été un crêve coeur, tiens ultèrieurement je devrais vous poster mes 1ères réponses, vous allez voir ca n'a rien à voir, j'avais mis tout plein de références aux épisodes, des anecdotes et tout et tout (c'est ce qu'il m'avait demandé de faire au début, pour montrer qu'ils avaient interviewé un fan hard-core) !

Bon voilà son dernier message, qui me fait un peu peur quant à la publication de l'article...

Citation :
Je vais mettre le nom du forum dans l'article et préciser à la rédac que c'est important.
La mag sortira après le 10 juin. Vers le 15 sans doute. Mais il faut encore que mon rédac-chef approuve l'article avoir de crier victoire !

Pour dénicher le mag. http://www.trouverlapresse.com/LOP/start.do pourrait aider wink

Bonne fin de nuit Eric Smile
ah oui je connais bien ce magazine ( dont j'ai fait l'éloge auprès du responsable de ce magazine et sur Nolife-forum ), un excellent magazine en effet qui mérite l'achat, pas chère,

Lancement d'AMUSEMENT ( mai 2008 ), premier magazine lifestyle sur les jeux-vidéo et la culture interactive!
AMUSEMENT bouleverse les codes de la presse technologique classique en
liant les loisirs numériques à la mode, le cinéma, le design, la
musique ou l’architecture 70 collaborateurs produisent le seul magazine
haut-de-gamme au monde dédié aux loisirs numériques AMUSEMENT,
trimestriel luxueux de 196 pages dédié aux jeux-vidéo, aux loisirs
numériques et à la culture interactive, est distribué à partir du 16
mai dans les kiosques en France et à l'étranger. Réunissant une équipe
d'editors-at-large et journalistes réputés issus de rédactions du monde
entier, du New-York Times à Wired en passant par Vogue, AMUSEMENT
renouvelle de bout en bout la formule éditoriale habituellement
consacrée aux loisirs numériques. De nombreuses personnalités telles
que des romanciers, artistes, curateurs d'art contemporain, chercheurs,
chroniqueur radio, développeurs, bloggeurs reconnus, professeurs
d'université ou animateurs télé, produisent des articles aux angles
souvent inattendus sur la culture interactive. Différent dans le fond,
AMUSEMENT l’est également dans la forme. La direction artiste a été
confiée à des acteurs issus de la presse mode et lifestyle. Dans le
premier numéro, une série photo sur le jeu Gran Turismo 5 : Prologue
par le réalisateur et photographe Tom Kan ou une série mode par le
photographe Marcus Mam (magazines Vogue ou Figaro Madame) proposent une
vision esthétisée du monde numérique. Ayant participé à la production
d'une série photographique inédite par le photographe de mode Grégoire
Alexandre, Thomas Grellier (directeur marketing de SEGA France) déclare
« Je suis ravi d'avoir collaboré avec AMUSEMENT pour ce premier numéro
sur une opération exclusive, qui s'intègre parfaitement à l'esprit du
support. Ce magazine très prometteur et original dans son approche,
correspond à notre volonté chez SEGA de communiquer de façon toujours
plus creative » « C'est la première fois au monde qu'un magazine traite
les jeux-vidéo et la culture interactive de façon aussi ambitieuse,
dans le fond comme dans la forme » affirme Abdel Bounane, fondateur et
directeur de la rédaction d'AMUSEMENT. « Lorsqu'on demande à un
curateur d'art contemporain ou un photographe de mode de s'exprimer sur
ces sujets, nous créons un croisement fructueux, créatif et inédit. »
Pour son premier numéro, AMUSEMENT propose un portrait de Sebastien
Tellier, prochain chanteur à l'eurovision et fan absolu de jeux-vidéo ;
L'actrice Emilie Dequenne, addict aux nouvelles technologies ; une
rencontre unique avec Space Invader l'artiste urbain qui envahit les
villes du monde entier ; un entretien fleuve avec William Gibson, pape
du cyberpunk ; Une interview de Will Wright, le créateur culte de The
Sims et Sim City ; un reportage sur les nouvelles technologies à Pékin
par l'artiste Artus de Lavilléon ; une fiction par Cory Doctorow, auteur
du blog mondialement connu boingboint.net, et des rubriques décalées
par Clive Thompson (New-York Times), Ariel Kyrou (ex-rédacteur en chef
du magazine Actuel), Paquita Paquin (Vogue, Libération). AMUSEMENT sera
également partenaire des principaux évènements marquants de l'année en
matière de jeux-vidéo et de design interactif cette année : Le Web
Flash Festival (du 25 au 27 mai), la Game Developper Conference Paris
(du 23 au 24 juin), le Mondial du Gaming (du 4 au 6 juillet 2008) et le
festival d’art numérique « Reality » (septembre). A partir du 21 mai,
le site internet AMUSEMENT.fr diffusera vidéos, sons et contenus complémentaires au magazine.


__________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.unificationfrance.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvel Interview d'un membre de notre forum   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nouvel Interview d'un membre de notre forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Il n'y a pas que Star Trek dans la vie... :: Il n'y a pas que Star Trek dans la vie... :: Tous ce qui n'a pas de place ailleurs-